Challenge 1 de bilingual zoo : read to your children everyday

Je prends un par un les challenge de Adam Beck sur son forum bilingual zoo puisqu'ils m'aident à maintenir le cap. J'ai commencé ce challenge le 14 mai et je n'ai depuis pas eu de jour sans lecture en polonais. J'ai depuis fait un grand rangement dans la bibliothèque :

J'ai donc :

Maximize your child's bilingual ability de Adam Beck

Au premier abord, ce livre m'a un peu irritée et déçu et je ne voulais meme pas en parler sur le blog. Pourquoi l'auteur se répète-t-il autant ? Ce livre pourrait se résumer en quelques pages et pourtant il fait 280 pages ! Finalement, aujourd'hui, en accompagnant mon mari dans ce choix de transmettre sa langue, je comprends mieux l'interet de toutes ces pages. Je vais donc en faire un rapide résumé.

Il y a plusieurs idée qui sont régulèrement martelée dans tout le livre à plusieurs reprises comme :

Language strategies for bilingual families de Suzanne Barron-Hauwaert

Ce n'est pas un résumé complet mais plutôt une liste de notes prises au fil du livre. Je ne renote pas ce que j'avais déjà appris dans le livre d'Annika Bourgogne. 

1. Il existe 2 études qui prouvent qu'il n'y a pas de différence entre l'utilisation de la stratégie OPOL ou d'une autre. Le réseau social et des modèles linguistiques sont ce qu'il y a de plus important. Peu importe donc la stratégie employée. (p.5)

Be bilingual Practical Ideas for Multilingual Families de Annika Bourgogne

Ce livre est écrit par une finnoise mariée à un français. L'approche est assez intéressante. Elle présente les résultat des recherches des linguistes puis en propose une lecture ou application pratique.

 

  1. Définir ce que l'on souhaite

La première chose que je retiens de ce livre, c'est la nécessité de définir son objectif, sa propre définition du bilinguisme. Est-ce que je souhaite que mon enfant :

1 - comprenne de ce qui se dit dans les 2 langues, mais n'en parle qu'une

Élever des enfants bilingues

Lorsque j'attendais mon premier enfant, M et moi étions tous deux convaincus vouloir transmettre nos langues respectives à notre progéniture... Il nous semblait évident qu'offrir un pareil cadeau était naturel et allait de soi.

Aujourd'hui, notre regard a bien changé car transmettre sa langue maternelle lorsqu'elle n'est pas la langue majoritaire (c'est-à-dire la langue parlée par les locuteurs du pays de résidence) est un réel parcours du combattant.